Ce matin, une nouvelle édition de Bioterra, le salon des produits écologiques, de la bioconstruction, des énergies renouvelables et de la consommation responsable du Pays basque, a été présentée à Ficoba en présence de plusieurs acteurs du secteur. Bioterra réunit depuis 16 ans les principaux producteurs, fabricants et distributeurs de l’État pour favoriser les contacts commerciaux, ce qui lui a valu de devenir l’un des principaux salons du secteur.

Bioterra se distingue par sa proposition professionnelle tant d’un point de vue organisationnel que des contenus proposés, un aspect qu’apprécient fortement les exposants, qui soulignent également la capacité de Bioterra pour attirer des visiteurs de qualité et la proximité de la France, autre point différentiel et attrayant pour ceux qui souhaitent pénétrer dans le pays voisin.

La bataille pour la durabilité se livre sur deux fronts : celui des idées et celui des actions concrètes. C’est pourquoi cette année Bioterra proposera du 7 au 9 juin à Ficoba un programme dans lequel la durabilité est abordée autour de deux actions que l’on pourrait aussi appeler des réflexions « macro », mais aussi autour de petites actions et décisions qui contribuent au quotidien à faire de la Terre un lieu plus durable.

Mers, plastique, actions de nettoyage

Sans oublier les thématiques habituelles à Bioterra, l’état des océans et des mers sera également au cœur de cette édition. Pour se mettre en jambe, en collaboration avec Surfrider, une organisation consacrée à la protection et à la valorisation des océans, des vagues et du littoral, avec une trajectoire de plus de 25 ans à son actif, une activité de ramassage de déchets marins aura lieu le 19 mai. Une action en collaboration avec l’Ekoetxea Txingudi dans le Parc écologique de Plaiaundi, qui s’étend sur 24 hectares, est prévue. Ce lieu a été choisi parce qu’il comprend des espaces à haute valeur écologique classés en tant que lieux d’intérêt communautaire (LIC) Txingudi-Bidasoa et zone spéciale pour la protection des oiseaux (ZEPA) Txingudi, inclus dans la liste des zones humides selon Ramsar. Toutefois, ces espaces sont menacés par la présence du noyau urbain d’Irun et le flux de la marée qui charrie les déchets marins vers les marais.

Par ailleurs, durant le salon Surfrider organisera des ateliers de tri des déchets marins, pour adultes et enfants, avec les les déchets ramassés le 19 mai, conformément au protocole scientifique utilisé durant les activités d’Ocean Initiatives et en saisissant les données dans l’Application Marine Litter Watch, une application de l’agence européenne pour l’environnement.

Dans le cadre de la durabilité des mers, l’Association GAEA nous interpelle directement à Bioterra avec sa causerie intitulée « Et moi, qu’est-ce que je peux faire ? ». Cette association présentera ses recherches autour du plastique qui envahit silencieusement notre quotidien du fait de sa présence partout et qui colonise progressivement notre environnement. Il fait le tour du monde… et n’a pas la moindre intention de s’éclipser.

L’association GAEA Elkartea vise à promouvoir la défense et la protection de l’environnement naturel, et principalement du milieu marin, à réduire l’impact anthropique et à favoriser la conservation de la vie marine par le biais de la sensibilisation, la prise de conscience et la divulgation auprès de la société.

Pour ce faire, elle promeut des projets axés sur la réduction et la réutilisation des ressources et encourage un changement de notre modèle actuel de consommation en visibilisant la problématique dans un endroit inaccessible pour la plupart des gens : les fonds marins.

Elle estime qu’il faut absolument promouvoir l’idée que les petits gestes peuvent avoir un grand impact et que nous pouvons tous influencer notre avenir et l’avenir de notre planète par nos actions.

L’agriculture écologique poursuit sa croissance au Pays basque

L’agriculture écologique a une cote raisonnable au Pays basque. Au cours des 10 dernières années, le nombre de personnes opératrices et de surfaces cultivées a augmenté de manière constante, sans atteindre toutefois les chiffres en termes de consommation d’aliments écologiques qui augmentent au fur et à mesure que l’offre disponible sur le marché augmente.

Comme l’a expliqué aujourd’hui le Conseil de l’alimentation et de l’agriculture écologique d’Euskadi (ENEEK) lors de la conférence de presse de présentation de Bioterra tenue à Ficoba, en 2018 les chiffres obtenus de l’agriculture écologique ont été positifs, avec une croissance de 8 % du nombre d’opérateurs inscrits au Pays basque et de 5 % en ce qui concerne la superficie agricole écologique.  En décembre 2018, le nombre d’opérateurs s’élevait à 585 et celui de la superficie totale cultivée à 4 466 hectares. En termes de chiffre d’affaires, il s’élève à 42 458 592 euros, soit plus du double de celui de 2017.

Comme aux exercices précédents, le Guipuscoa, bien qu’ayant la plus faible répercussion en termes d’extension territoriale (848 hectares par rapport aux 883 hectares de la Bizkaye ou aux 2 735 hectares d’Araba), possède toujours le plus grand nombre d’acteurs dans le secteur : 227.

Par surface cultivée, les pâturages, les praires, les fourrages et les protéagineux représentent 63 % de la culture écologique du Pays basque, suivis de la vigne avec 17 % et des arbres fruitiers et des céréales avec 6 %.

En ce qui concerne les entreprises de transformation écologiques, les principales activités restent celles du secteur de la boulangerie, des conserves végétales, de fabrication du cidre, de transformation de produits laitiers et des salles de dépeçage.

Eneek à Bioterra 2019

Cette année encore, ENEEK a participé activement pour que les acteurs écologiques basques puissent présenter leur offre variée au public de Bioterra : des légumes, des plantes, des conserves de légumes, des plats cuisinés, des pains et des petits pains, mais aussi des fromages, du cidre, du vin, des fruits secs, etc.

En outre, dans le but de visibiliser les avantages de la production locale de produits écologiques et les bienfaits de leur consommation pour le public et l’environnement, ENEEK a organisé des activités de showcooking et a mis à la disposition de l’organisation de Bioterra des lots de produits écologiques qui seront tirés au sort toutes les heures pendant les trois jours que durera le salon.

Renseignements pratiques

La 16ème édition de Bioterra ouvrira ses portes du vendredi 7 juin au dimanche 9 juin.

Le salon restera ouvert sans interruption de 10 h à 20 h le vendredi et le dimanche, et se prolongera jusqu’à 21 h le samedi. Prix de l’entrée : 3€ (enfants jusqu’à 12 ans, gratuit). Parking gratuit. Arrêt d’Euskotren à 50 mètres.

 

http://bioterra.ficoba.org